The Sea — Sounds & Storytelling à La Criée et en ligne

Fri 02 Oct 2020​, 18h - 22h
Sat 03 Oct 2020​, en ligne

03.10 > prolongation jusqu’au 06.12.2020
en ligne sur istitutosvizzero.it et ocean-archive.org 

HORS LES MURS
02.10.2020 puis en ligne du 03 au 31.10.2020
↘ À La Criée — Théâtre National de Marseille

Programme développé dans le cadre de Manifesta 13 Marseille — Les Parallèles du Sud

Programme en ligne prolongé jusqu’au 6 décembre 2020.
Ce qu’évoquent les océans et surtout la mer Méditerranée est en transformation constante – en termes écologiques autant que politiques. Durant deux journées de performances, projections et discussions, The Sea — Sounds & Storytelling propose d’écouter l’océan, matière vivante et mémorielle.

Des tables rondes avec des scientifiques et des théoricien.ne.s ainsi que des créations artistiques, d’Ursula Biemann, Khadija von Zinnenburg Carroll, Binta Diaw, Maria Iorio & Raphaël Cuomo, Dagmawi Yimer, Tomoko Sauvage, Julie Semoroz, Lena Maria Thüring, donnent à découvrir des pratiques qui se concentrent sur l’écoute, l’analyse, la discussion et la mise en valeur des voix de la mer.

Cur. Claire Hoffmann (Centre culturel suisse. Paris), Gioia Dal Molin (Istituto Svizzero, Rome, Milan, Palerme), Chus Martínez (TBA21–Academy et Institut Kunst HGK FHNW à Bâle), assistés de María Montero Sierra (TBA21–Academy).

<p>© Lena Maria Thüring, Gardien de la paix, 2011</p>

© Lena Maria Thüring, Gardien de la paix, 2011

Programme du vendredi 2 octobre à la criée puis en ligne jusqu'au 31 octobre

Qu’est-ce qui est inscrit et stocké dans la mer ? Y a-t-il des sons, des langues, des voix et des histoires que nous pouvons en extraire ? Comment pouvons-nous apprendre à les écouter ? Le premier jour du programme The Sea – Sounds & Storytelling, reprenant la notion de « son », développe l’idée d’écouter et d’apprendre des artistes et des scientifiques, dont les pratiques portent sur l’enregistrement, l’écoute, l’analyse, la discussion et la mise en valeur de la mer et de ses organismes.

18H-19H20 – PROJECTIONS

Lena Maria Thüring, Gardien de la paix (GPX), 2011, 18 min 47 sec
Lors d’une visite à l’aquarium de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris, l’artiste croise un jeune policier français. En voix off, sur les images de poissons dans l’aquarium, on entend le policier raconter l’histoire des origines guadeloupéennes de ses parents, la tension qu’il vit entre sa vie privée et sa fonction publique de policier, au service de l’État et incarnée par l’uniforme. Puisant dans un vocabulaire issu du monde animal, il juxtapose les comportements animaux et humains, tout en souhaitant une cohabitation harmonieuse et non violente.

Ursula Biemann, Acoustic Ocean, 2018, 18 min
Acoustic Ocean est une expédition science-fictionnelle dans les profondeurs de l’océan Arctique, à la recherche de communications interespèces. Dans ce récit poétique, le personnage principal – une aquanaute issue de la communauté des Samis – capte les sons d’animaux et de microcréatures sous-marines. Dans le récit se mêlent ainsi la mémoire de cette vie stockée dans l’eau et la perspective d’un futur climatique incertain.

Khadija von Zinnenburg Carroll, Te Moana – The Ocean, 2019-2020, 30 min, œuvre de commande de la TBA21-Academy
Pour ce documentaire expérimental, l’artiste a collaboré avec Jody Toroa et Kay Robin de Rangiiwaho marae, une « iwi » (tribu) maori de Poverty Bay, en Aotearoa/ Nouvelle-Zélande. L’histoire, qui tourne autour d’une baleine, est racontée du point de vue de Ran- giiwaho. Ce dernier a profité de l’anniversaire de l’expédition du Capitaine Cook dans le Pacifique pour obtenir un rapatriement temporaire de l’héritage matériel pris à leurs ancêtres il y a 250 ans. Le film apporte une rélfexion sur la nature et la langue de la résistance culturelle, en maori, en français et en anglais.

PAUSE

19H30-21H – PRESENTATION ET TABLE RONDE

Laurent Chauvaud et Gwenn Potard, SONARS – une expérience de résidence art et science au long cours
L’univers sous-marin n’est pas un monde du silence, et ce qu’on y entend a beaucoup à raconter. De la communication entre crustacés au bruit d’écoulement sous la banquise – témoignage d’une fonte –, la recherche se penche sur cette composante des écosystèmes marins. Ces paysages sonores interpellent aussi les artistes. La Carène et le laboratoire BeBEST ont créé la résidence artistique SONARS, au cœur de cette recherche en écologie autour des sons sous-marins. La présentation est suivie d’une discussion avec Lena Maria Thüring, Julie Semoroz et Thierry Perez modérée par Cédric Aurelle.

21H15-22H15 – CONCERTS, PERFORMANCES SONORES

Tomoko Sauvage, Waterbowls, performance sonore, 40 min
Le magazine The Wire a comparé la musique de Tomoko Sauvage à un long bain chaud. Ce qui est assez bien vu, car le son de cette artiste d’origine japonaise, installée à Paris après avoir étudié le jazz à New York, est une interaction entre l’eau, la céramique et les microphones sous-marins. Il en résulte une forme naturelle de musique électronique, qui réévalue le rapport entre les êtres humains et leur environnement.

Julie Semoroz, BALEINA, performance sonore, env. 35 min
Julie Semoroz est chanteuse, artiste sonore et directrice de projets artistiques. Elle sculpte le son à l’aide de plusieurs sources (field recordings et micros en direct) et sa propre voix avec des éléments logiciels et matériels. Son travail interroge le rapport de l’individu au temps mécanique et organique dans ses pratiques corporelles. Dans une recherche écologique au sens de « l’habitat », Julie Semoroz pose la question de comment habiter nos corps et nos vies dans la société.

Programme exclusivement en ligne : prolongé jusqu'au 6 décembre

Autrefois écran de projection bleu chatoyant pour les rêves de vacances, la mer Méditerranée est aujourd’hui devenue un symbole des mouvements migratoires et des espoirs d’une multitude de personnes. Sur le plan politique, elle est à présent l’une des régions frontalières les plus meurtrières du monde et s’avère être un accélérateur de zèle xénophobe. Au vu de ces changements, il est particulièrement important de chercher et d’inclure d’autres histoires polyphoniques, ainsi que des perspectives diverses et non européennes. Il est également essentiel de se demander si et comment ces voix sont entendues et où sont conservées les mémoires qui leur sont attachées. Au cours de cette deuxième soirée consacrée au « storytelling », nous nous mettrons en quête de ces voix et écouterons des histoires qui ont traversé la mer.

Les artistes invités Binta Diaw, Maria Iorio & Raphaël Cuomo et Dagmawi Yimer présentent des œuvres qui abordent le sujet sous différents angles. D’une part, ils mettent en lumière l’évolution de la violence des politiques d’exclusion en Méditerranée au cours des 15 dernières années. D’autre part, ils élargissent le regard sur les mouvements migratoires entre l’Italie et la Suisse ainsi que sur les régimes frontaliers et les contre-mémoires cachées qui les accompagnent, ou encore sur la polyphonie d’une jeune génération d’afro-italiens.

PROGRAMME
Introductions par Gioia Dal Molin et Simone Frangi.

Films :
Maria Iorio & Raphaël Cuomo, The Interpreter, 2009, 36 min
Maria Iorio & Raphaël Cuomo, Appunti del passaggio, 2014–2016, 43 min
Dagmawi Yimer, ASMAT – Names in memory of all victims of the sea, 2015, 17 min
Dagmawi Yimer, Nothing but the sea, 2011, 49 min

Pièce sonore :
Binta Diaw, Agropoetics: Chorus of Soul, 2020 Audio, 1 min 18 sec

Partenaires

Programme développé dans le cadre de Manifesta 13 Marseille — Les Parallèles du Sud, en coopération avec l’Istituto Svizzero — Rome, l’Institut Kunst HGK FHNW — Bâle et TBA 21 – Academy, en partenariat avec La Criée Théâtre National de Marseille

ÉlÉments biographiques

Cédric Aurelle vit à Marseille, il est journaliste, critique et curateur indépendant.

Ursula Biemann vit et travaille à Zurich. Sa pratique artistique est fortement tournée vers la recherche et consiste à travailler sur le terrain, dans des régions éloignées, pour étudier les écologies politiques des forêts, du pétrole et de l’eau. D’août à novembre 2020, elle présente une exposition personnelle au MAMAC de Nice. www.geobodies.org

Laurent Chauvaud, écologiste marin, directeur de recherche au CNRS, Laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin – Institut Universitaire Européen de la Mer. 

Binta Diaw est une artiste sénégalo-italienne basée à Milan. Ses recherches visent à créer des installations de dimensions variables et des œuvres qui commentent des phénomènes sociaux tels que la migration et l’immigration, l’anthropologie, son propre corps en relation avec la nature, ainsi que les notions d’identité.

Simone Frangi est chercheur, écrivain et curateur. Il est professeur en théorie de l’art contemporain à l’Académie des Beaux-Arts et du Design de Grenoble et curateur principal de l’« École des Eaux », la 19e édition de la Biennale del Mediterraneo.

Maria Ioro & Raphael Cuomo est un duo d’artistes basé à Berlin. Privilégiant une approche collaborative et un développement sur le long terme, les projets artistiques du duo retracent les différents régimes de mobilité. Leur dernier travail vidéo sera présenté fin octobre dans le cadre d’une exposition à l’Istituto Svizzero de Palerme.

Dagmawi Yimer est cinéaste, co-fondateur et vice-président de l’Archivio delle Memorie Migranti (Archives des mémoires migrantes). Il est entre autres co-auteur du film Il deserto e il mare (The desert and the sea, 2007) et co-réalisateur du documentaire Come un uomo sulla terra (Like a man on earth, 2008).

Thierry Perez, directeur de recherche au CNRS, Observatoire des Sciences de l’Univers Institut Pythéas / Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale.

Gwenn Potard, directeur de La Carène, salle des musiques actuelles de Brest métropole.

Tomoko Sauvage, née à Yokohama, au Japon, s’est installée à Paris après avoir étudié le piano jazz à New York. Au cours de la dernière décennie, elle a travaillé sur un « synthétiseur
naturel » de son invention – waterbowls – combinant l’eau, la céramique et les hydrophones (microphones sous-marins).

Julie Semoroz, chanteuse, artiste sonore, elle travaille à Genève. Pour ses performances musicales, elle associe une multitude de sources : field recordings, micros en direct, ainsi que sa voix avec des éléments logiciels et matériels.

Lena Maria Thüring, travaille à Zurich. Ses films minutieusement réalisés sont comme une réflexion sur les systèmes sociaux et leur construction à travers des histoires individuelles.

Khadija von Zinnenburg Carroll, née à Melbourne, artiste et historienne spécialisée dans la décolonisation. Son travail a été exposé au niveau internationale, notamment aux Biennales de Venise, de Marrakech et de Sharjah, au Taxispalais, à l’ICA de Londres et à la HKW de Berlin. 

Programme en pdf fr / en

Télécharger le programme en pdf (FR)

Download the leaflet (EN)

Fri 02 Oct 2020​, 18h - 22h
Sat 03 Oct 2020​, en ligne