Cathy Josefowitz

The Thinking Body

dim 28 nov – dim 30 janv 2021
sam 27 nov 2021

Entrée libre 
MAR - DIM 13:00 - 19:00

MEDIATION
Visite flèche : tous les week-ends, 16:00 (20’)

Le Kunsthaus Langenthal, le Centre culturel suisse. Paris, et le MACRO Roma, en collaboration avec la commissaire Elise Lammer et les Ami.e.s de Cathy Josefowitz, sont heureux de présenter une exposition rétrospective et itinérante consacrée à l’œuvre de Cathy Josefowitz (1956-2014). Elle se tiendra successivement dans les trois institutions entre le mois d’août 2021 et le printemps 2022. 

Artiste prolifique, dès son plus jeune âge, Cathy Josefowitz s’illustre par une production artistique caractérisée par une quête du soi et de son altérité, exprimée au travers de la peinture, du dessin, de la performance et de la chorégraphie. Née en 1956 à New York, cette artiste suisse ne cesse d’explorer, parfois jusqu’à l’obsession, ce qui fait corps, le sien mais aussi celui de l’autre : D’un point de vue sémantique d’une part, dans la représentation du corps idéal, dysfonctionnel, invalide, effervescent, extasié, ou tout simplement inerte ; mais aussi d’un point de vue conceptuel, au travers d’œuvres dénonçant notamment la violence exercée contre celui des femmes, des marginalisé.e.x.s ou encore des animaux. Cathy Josefowitz suit des études de scénographie au Théâtre National de Strasbourg, avant de déménager à Paris, où elle intègre l’École Nationale des Beaux-Arts dès l’âge de 17 ans. A la fin des années 1970 elle découvre la danse et successivement le « Primal Theater » aux Etats-Unis, puis les techniques de danse « Contact improvisation » et « Anatomical Release Technique » aux cotés des avant-gardistes Steve Paxton et de Mary Fulkerson lors d’études au Dartington College of Arts en Angleterre. Enfin, son exploration des rapports entre la chorégraphie du mouvement et celle du geste pictural termine de s’affiner à la School for New Dance Development d’Amsterdam où elle étudie la chorégraphie dès 1987. Déconstruisant tout au long de sa vie la hiérarchie entre les arts de la scène et la peinture, son œuvre incarne une réconciliation de deux médiums souvent dissociés par l’histoire de l’art, avec des œuvres dont les dimensions et l’expression reflètent l’envergure et l’impact de son propre corps. Nous quittant en 2014 à Genève, Cathy Josefowitz laisse derrière elle plus de 3000 œuvres réalisées sur une période de 40 ans, dont la pertinence, la profondeur et la teneur résonnent étrangement lorsque l’on considère la résurgence des questions identitaires en Europe et dans le monde occidental au regard des questions liées au corps, à sa représentation, à son autoreprésentation et à l’éclosion d’une nouvelle syntaxe du militantisme féministe.  

L’exposition donne aussi lieu à une nouvelle œuvre performative de l’artiste Suisse-Américan Garrett Nelson (*1982). Dans sa recherche sur l’artiste danseuse-peintre, Nelson explore le contexte de la danse expérimentale ainsi qu’une forme de peinture qui « prend corps ». La performance sera présentée au Kunsthaus Langenthal, au Centre culturel suisse ainsi qu’à Arsenic, centre d’art scénique contemporain, à Lausanne, en collaboration avec La Becque | Résidence d’artistes, La Tour-de-Peilz. 

Sous la direction de Claire Hoffmann, Raffael Dörig, Luca Lo Pinto et Elise Lammer, en collaboration avec l’association Les Amis de Cathy Josefowitz, Arsenic, centre d’art scénique contemporain, et La Becque | Résidence d’artistes, La Tour-de-Peilz,  cette exposition rétrospective met en évidence la contribution de Cathy Josefowitz à l’histoire de l’art et de la danse contemporaine et propose aux visiteurs l’occasion de découvrir une artiste dont l’œuvre reste jusqu’à aujourd’hui encore méconnue. 

Partenaires

En partenariat avec Le Kunsthaus Langenthal, le MACRO Roma. Performance de Garrett Nelson en partenariat avec l’Arsenic à Lausanne et La Becque, La Tour-de-Peilz.

dim 28 nov – dim 30 janv 2021
sam 27 nov 2021